VIIe Congrès, Libreville (Gabon) 2019

This content is not available in the selected language.

 

                                                                                                 Destination Libreville…

Un événement d’un type nouveau à l’AIICM:            

“Médecine personnalisée en Afrique: rencontres pour une santé mondiale”

 

Après une pause de restructuration, l’AIICM reprend la création scientifique d’événements internationaux avec la mise sur pied, sous l’égide du groupe Hygeia,  d’une activité d’un type nouveau, destinée à soutenir dans l’action et par l’action ses objectifs de collaboration interdisciplinaire en santé. En ce sens, l’événement “Médecine personnalisée en Afrique: rencontres pour une santé mondiale” se veut un “chantier” où l’on débute les travaux de construction d’une nouvelle conception de l’action adéquate en santé.  Cet événement, de forme plus collaborative et inclusive d’un ensemble d’acteurs différents, se tournera cette fois vers la santé mondiale, mais toujours avec le thème des soins personnalisés comme ancrage fédérateur et comme levier de changement en recherche, pratique et enseignement.

 

L’Afrique et ses besoins spécifiques en santé mondiale

Dans ces nouvelles «Rencontres pour une meilleure santé mondiale», l’Afrique ouvre la conversation sur la médecine personnalisée et sur ses avancées scientifiques, bioéthiques et technologiques. L’événement se centre sur des groupes de pathologies préoccupantes pour le continent africain (hypertension, cancer, maladies infectieuses/ tuberculose et paludisme) où différents acteurs de la santé — formateurs de médecine, pharmacogénéticiens, bioéthiciens, représentants de l’industrie et des laboratoires, etc.— se rencontrent dans un même objectif solidaire: construire la santé mondiale à l’heure de la médecine personnalisée.

 

Ces rencontres s’inspirent à la racine de la philosophie du leader mondial Boaventura De Sousa Santos . Cette philosophie soutient un nouveau rapport au savoir qui se veut “désuniversalisant” des formes occidentales, nordiques et dominantes de la connaissance, mais rassembleur de tous les savoirs dans leur but universel d’intérêt humain. Une philosophie du savoir émancipatrice du Sud et devenue urgence mondiale devant la dominance d’un savoir médical construit au Nord, davantage utile au Nord à travers ses préoccuoations  et ses dispositifs à technologie luxueuse, mais coûtant paradoxalement plus au Sud, en termes d’essais cliniques, de coûts environnementaux des industries du pharmaceutique, de dévalorisation des savoirs locaux, etc.

 

Une recherche par l’Afrique, pour l’Afrique, mais utile
à toute la planète

La médecine personnalisée suppose l’adaptation aux caractéristiques personnelles des patients, que ces caractéristiques soit individuelles ou de groupe, d’ordre physiologique, génétique, épigénétique ou environnemental. Elle est la médecine dite «4P», car son potentiel se réalise grâce à l’ajout d’approches complémentaires: A)  non plus seulement curatives, mais aussi Préventive et Prédictive; B) non plus seulement axées sur la compétence du médecin, mais aussi sur la Participation (savoirs expérientiels du patient et savoirs paramédicaux des autres acteurs de la santé) ; C) non plus seulement basé sur le diagnostic clinique (données probantes et littérature), mais sur les développements exponentiels des « omics »(génomique, transcriptomique, métabolomique, etc) — médecine de Précision.

L’intérêt du thème d’une action personnalisée en santé réside beaucoup dans le fait que, ne l’oublions surtout pas, l’Afrique est le berceau génétique de l’humanité (1). Bénéficier des apports de la médecine génique en Afrique suppose l’émergence d’une science africaine centrée sur la connaissance génomique de ses populations, une science dont elle sera première bénéficiaire et qu’il s’agit de soutenir par des partenariats durables avec le reste de la planète scientifique.

Lors de ces rencontres, universitaires, professionnels de la santé seront appelés à animer différentes activités de discussion destinées à soutenir l’émergence d’une avancée de la science africaine en matière de connaissance génomiques, d’actions préventives de première ligne et, enfin, de pratiques thérapeutiques à “technologie frugale”, i.e. explicitement conçue pour un continent moins marqué par l’hyperconsommation technologique et la prolifération de services techniques qu’elle suppose en Europe ou en Amérique du Nord.

___________________

(1) Voir par exemple: “Assembly of a Pan-genome From Deep Sequencing of 910 Humans of African Descent”, 2018,  Nature Genetics, 0ct 8, doi.org\10.1038/ s41588-018-0273-y

 

 

This content has been updated on 7 January 2019 at 17 h 24 min.